Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Emily DICKINSON

Vivre avant l’éveil

Traduit de l’anglais
par William English et Gérard Pfister
en collaboration avec Margherita Guidacci
Bilingue anglais-français
Postface de Margherita Guidacci

Collection Les Cahiers d'Arfuyen
n°48, ISBN 2903941452

9,91 €

« N’approche de trop près la Maison d’une Rose – / Le Ravage d’une Brise / L’inondation de la Rosée / En font s’enfuir les murs – / N’essaie de lier le Papillon ; De gravir les Echelons de l’Extase, / Reposer dans l’insécurité / Voilà l’assurance de Joie. » (Vivre avant l’éveil)

Née en 1830 à Amherst (Massachussets), morte en 1886, Emily Dickinson n’a publié de son vivant aucun de ses textes. Les poèmes d’Emily Dickinson écrit Margherita Guidacci, sont la carte de son "itinerarium mentis". 

C’est pour elle-même qu’elle écrit tout au long de sa vie, pour démêler ses rapports avec elle-même et avec l’Autre que soi, pour "vivre avant l’éveil", avant ce Jour de la Résurrection dans l’attente duquel, dès sa rrentième année, elle résolut de ne plus jamais se vêtir que de blanc.

Parmi l’oeuvre abondante d’Emily Dickinson, encore très peu traduite en français, les poèmes ici retenus sont ceux où s’exprime le plus fortement la méditation spirituelle qui est au centre même de son écriture.

Ils sont suivis d’un essai de Margherita Guidacci, Un pari sur l’invisible, traduit de l’italien par Gérard Pfister.