• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

François CHENG

Qui dira notre nuit

Nouvelle édition revue et augmentée Image de couverture de François Cheng

Collection Cahiers d'Arfuyen n°141, ISBN 2845900279

14 €
Acheter

 Cet ouvrage est le premier livre de François Cheng qui ait été publié par Arfuyen, en novembre 2001. Il est publié ici dans une édition nouvelle : nouveaux textes, corrections et modifications diverses, présentation améliorée.
 Outre les deux ouvrages aux éditions Arfuyen, l’œuvre poétique de François Cheng, rare et très appréciée, est constituée à ce jour de quatre recueils qui ont été publiés chez Fata Morgana (De l’arbre et du rocher, 1989), Encre marine (Saisons à vie, 1993, et Double chant, 2000, prix Roger Caillois) et Unes (Cantos toscans, 1999).
 François Cheng est membre du Haut Conseil de la Francophonie et de la Commission Nationale de l’Immigration. Il a été élu l’automne dernier à l’Académie Française au siège de Jacques de Bourbon Busset. Il y sera reçu fin juin, illustrant une fois encore le destin étonnant de ce chinois arrivé en France en 1949 sans connaître un mot de français et aujourd’hui le seul académicien dont la langue maternelle est une langue étrangère.
 François Cheng a écrit les premiers textes du présent recueil il y a quinze ans. Ils n’ont cessé de l’accompagner depuis lors sans qu’il se décide à les rendre publics. « Apprends-nous nuit / À toucher ton fond / À gagner / le non-lieu / Où sel et gel / échangent leurs songes / où source et vent / Refont un ».
 
Ce poème, qui ouvre le nouveau recueil de François Cheng, en désigne le thème central : il s’agit d’une plongée dans la nuit intérieure, non pas tant celle des poètes romantiques que celle dont nous parlent les mystiques.
 La référence culturelle de François Cheng se situe évidemment du côté de la spiritualité taoïste, celle-là même qu’il a su faire sentir dans la démarche des plus grands peintres et poètes chinois. De son propre aveu, elle n’est cependant pas tout à fait étrangère à la pensée des grands mystiques rhénans, qu’il affectionne tout particulièrement.
 Parmi les tout nouveaux poèmes que François Cheng a ajoutés à ce volume, citons l’un des derniers, d’une veine toute spirituelle : « La vraie voie est ici / Par ici nous passons / Nous aurons toujours soif / Et toujours aurons faim / Au travers des ténèbres / Jamais ne périrons ».