Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Biographie Bibliographie Liens Revue de Presse Petite Anthologie

Sœur Myriam du Saint-Esprit, née
Jessica POWERS

(1905 - 1988)

 Jessica Powers est née le 7 février 1905 à Mauston, Wisconsin, dans une famille d’agriculteurs. Elle est la troisième de quatre enfants.
 Elle n’est âgée encore que de onze ans lorsque sa sœur aînée est emportée par la tuberculose. Deux ans plus tard, son père est terrassé par une crise cardiaque. Ces deux disparitions affectent profondément la jeune Jessica.
 Encouragée par la Sœur Lucile Massart, dominicaine, enseignante à la Sisters School in Mauston, elle a commencé dès 1916 à écrire des poèmes.
 De 1922 à 1923, elle suit des cours de journalisme. Elle trouve l’année suivante un emploi de secrétaire à Chicago. En 1924, elle revient à la ferme familiale. Elle commence dès 1925 à publier des poèmes dans divers magazines et revues.
D’abord installée à New York City, Jessica Powers rejoint l’année suivante ses amis Jessica et Anton Pegis à Tuckahoe, New York, grâce auxquels elle peut se concentrer enfin sur son travail poétique et noue de précieuses relations dans les milieux littéraires. Son premier recueil, The Lantern Burns (La lanterne brûle), est publié à ses frais par Clifford Laube, rédacteur au New York Times et co-directeur de la revue Spirit. 
Le 21 juin 1941, Jessica Powers entre au Carmel de la Mère de Dieu à Milwaukee, Wisconsin. Elle prend le voile le 25 avril 1942 sous le nom de religion de Myriam du Saint-Esprit. Elle prononce ses vœux solennels le 8 mai 1946. La même année paraît son deuxième recueil de poèmes, The Place of Splendor (Lieu de splendeur).
Jessica Powers est en 1955 élue pour trois ans prieure de sa communauté. Elle remplira cette charge à trois reprises. Cette même année, elle publie un petit livre de poésie pour les enfants, The Little Alphabet (Le petit alphabet).
Durant son second mandat de prieure (1958-1961), elle doit effectuer un long séjour en sanatorium. Là, elle travaille à une traduction de textes de sainte Thérèse de Lisieux rassemblés sous le titre The Spiritual Realism of Saint Therese of Lisieux. 
Deux nouveaux recueils paraissent dans les années 1970. Jessica Powers travaille en 1980 pour sa communauté à l’édition d’un important recueil d’hymnes spirituels dont elle établit et annote le texte.
À partir de cette date, sa santé se dégrade rapidement. Elle travaille toutefois encore à la préparation d’un choix de ses poèmes dont elle ne verra pas la publication.
Elle meurt le 18 août 1988.

OUVRAGES PUBLIÉS AUX ÉDITIONS ARFUYEN

Lieu de splendeur

PETITE ANTHOLOGIE

Lieu de splendeur
Traduit par Gérard Pfister
(extraits)

Belmont Harbor

Soir après soir me trouvaient ici, sur le port.
Et c’est ici que j’ai fait mon choix :
J’ai préféré le silence qu’étendait autour de moi la terre
Au son de toute voix humaine.

Ici j’ai épousé la solitude plus belle alors
De ma jeunesse qui regardait entre ses cils mouillés.
Ah, lentement apprend le coeur et avec quelles erreurs,
Quels regrets.


Le victorieux est de retour

Aucun chant ne peut tresser une couronne au frère obscur
Qui consuma ses forces en un invisible défi,
Qui offrit sa beauté à la fureur des flots
Plutôt que d’embarquer avec l’injuste.

Il n’y eut de guerre ni de blessure en vue du but.
Ni de bombe, d’obus ni d’avion tombant en flamme,
Sauf en ces lieux secrets de l’âme
Où le sombre encerclement peut durer bien des jours

Sans un témoin mortel. La terre ne se soucie
De combats menés pour des démocraties inconnues,
Quand croulent ses tours et s’effritent ses os
Lui suffisent les guerres entre ses propres frontières.

Ainsi est chez lui de retour le victorieux, sa guerre finie.
À pas lents, fatigués au long d’une triste rue,
Il continue son combat et pour lui aucun chant, aucun cortège.
Et il est bien que toutes choses soient ainsi.