• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Roger MUNIER

Pour un psaume

Collection Les Carnets spirituels
n°66, ISBN 978-2-845-90127-8

12 €

 Après une longue formation chez les Jésuites avec Jean Mambrino, Roger Munier a renoncé à entrer dans la Compagnie de Jésus pour se consacrer à des études philosophiques. À travers ses nombreux livres, Roger Munier a poursuivi cependant une méditation permanente sur notre rapport à Dieu et au Divin. Des ouvrages comme Exode, Dieu d’ombre ou Adam, tous trois parus aux Éditions Arfuyen, ont été des éléments de cette recherche. 

Il ressent aujourd’hui le besoin de témoigner de son expérience spirituelle sous une forme plus personnelle et plus directe. C’est pourquoi ce livre paraît dans la collection des Carnets spirituels, comme un témoignage profondément contemporain sur la foi d’un homme qui a vécu en étroit compagnonnage avec les Écritures et manifeste aujourd’hui sa manière, profonde et paradoxale, de les vivre.

Pour un psaume : le titre choisi par Roger Munier signifie bien son propos. Il s’agit, modestement, de rassembler des éléments pour une louange, une célébration. En épigraphes deux citations très significatives. La première, de Maître Eckhart : « Tant que l’âme a un Dieu, connaît un Dieu, sait un Dieu elle est loin de Dieu. C’est pourquoi c’est le désir de Dieu de s’anéantir Lui-même dans l’âme, afin que l’âme se perde elle-même. » La seconde, de Mère Teresa : « On me dit que Dieu m’aime – et pourtant la réalité des ténèbres, du froid et du vide est si grande que rien ne touche mon âme. »

Dans un bref avant-propos, Munier présente ainsi son ouvrage : « Chacun des fragments ici réunis peut être entendu comme l’ébauche ou la forme en creux d’un verset d’une autre louange. Issue de nos ténèbres, cette louange peut se laisser aisément pressentir. Elle partira d’un constat : celui de la ‘‘mort’’ annoncée de Dieu. Mais de quel ‘‘Dieu’’ s’agit-il en l’occurrence, sinon d’un Dieu fait de nos désirs et de nos seuls élans, d’un Dieu qu’on pourrait qualifier de ‘‘Dieu des hommes’’. Sur cette base reconnue, la louange à venir n’aura d’autre horizon que l’absence amère, mais irradiée en elle-même, du Dieu divin. » 

La « mort de Dieu » annoncée par les penseurs de la modernité n’était que celle du « Dieu des hommes ». Le « Dieu divin » est bien vivant et proche de nous. C’est précisément à cause de cette extrême proximité que nous ne le voyons pas. Nous voulons le saisir par la pensée, et c’est absolument impossible : « Dieu est si inconcevable que par instants je cesse de croire en Lui. Pourquoi, touchant Dieu, la pensée du monde est-elle à ce point dans l’écart, pourquoi a-t-elle, quand elle s’exerce, un tel pouvoir de dérive ? » 

L’orgueil des modernes a été de prétendre tout réduire à la raison. Mais, note Munier : « À partir du moment où l’on reconnaît, qu’il y a de l’inconnaissable, quelle objection peut-on faire à Dieu ? Qu’on l’avoue, il n’y a plus qu’un léger pas vers l’adoration. » De ce point de départ Roger Munier pousse sa méditation vers une approche intime et adorante de Dieu qui trouve dans l’expérience même de son ignorance et son indignité le fondement d’une relation forte et vraie.