• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Poèmes

Traduit du chinois par Michelle Loi Bilingue chinois-françis Calligraphies de Luxun

Collection Cahiers d'Arfuyen n°20, ISBN 2903941165

7,62 €
Acheter

 Fondateur de la littérature chinoise moderne et sans conteste l’un de ses plus grands écrivains, Luxun est, du moins en Occident, surtout connu comme nouvelliste, essayiste et conteur. Mais ses compatriotes n’oublient pas qu’il est aussi l’auteur de très beaux poèmes dont certains même ont donné naissance à des expressions populaires : « Elle me dure, la longue nuit... », « Sourcil fier, je défie... », « J’entends dans le silence... ».
 Luxun a écrit soixante-dix sept poèmes, presque tous de style classique. En effet, hormis quelques poèmes « offerts » à la langue parlée, ce militant convaincu d’une écriture moderne, comme beaucoup d’écrivains chinois de son époque et de la nôtre encore, retrouve pour s’exprimer en poésie les formes traditionnelles.
 Poète, Luxun n’écrit pas pour appeler à la lutte, à la rectification des erreurs – ce qui est le rôle de ses Essais – mais pour tenter, à chaque coup reçu, de se reprendre, de transformer la douleur en force. Ses poèmes, poèmes de circonstance comme ceux des grands classiques chinois, réalistes et symbolistes à la fois, subjectifs et universels, sont autant de jalons sur le chemin du désespoir, un désespoir tout juste en train de se dépasser dans le moment qu’il s’exprime. Nuit noire par l’effet de l’aube qu’on attend, silence qui n’est si épais que parce que le coq va chanter.
 La traductrice du présent ouvrage dirige à l’Université de Paris VIII un groupe d’étude et de traduction des ouvres complètes de Luxun.
 Inédits jusqu’à c ejour en français, les textes ici présentés ont été choisis, traduits et annotés par Michelle Loi. La calligraphie des textes originaux ainsi que les deux idéogrammes du nom de l’auteur reproduits en frontispice sont de la main de Luxun.