Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Wendell BERRY

Nul lieu n’est meilleur que le monde

SORTIE EN LIBRAIRIE LE 6 SEPTEMBRE 2018
Traduit de l’américain et présenté par Claude Dandréa
BILINGUE AMÉRICAIN-FRANÇAIS

Collection « Neige »
n° 39, 160 pages, ISBN 978-2-845-90274-9

18 €

Grand écrivain, écologiste brillant et personnalité hautement respectée, Wendell Berry est une figure incontournable de la culture américaine d’aujourd’hui. L’œuvre de Berry, qui s’étend de l’essai à la poésie en passant par la fiction et la critique littéraire, compte près de cent ouvrages.

C’est pourtant la première fois qu’il est traduit en volume en français à travers un ensemble de textes qui couvrent l’ensemble de son itinéraire poétique. Claude Dandréa, traducteur de ces textes, a réussi la gageure de les recréer en français sans rien perdre de la beauté de l’original.

« Nos vies nous ont forcés à quitter la carrière poétique, écrivait Wendell Berry à son ami Gary Snyder en 1977. Quand on quitte la poésie, les poèmes deviennent alors une façon de parler aux autres hommes et pour les autres hommes, et non plus des choses acquises. » C’est en 2014 qu’ont été révélées au public les 40 années de correspondances entre Snyder, symbole de la Beat Generation, et Wendell Berry, le digne héritier de Thoreau, chantre et théoricien d’un monde renouvelé grâce à l’écologie.

Voix majeure de la poésie contemporaine, mais aussi romancier et nouvelliste, auteur de très nombreux essais sur l’écologie et la littérature, Berry est considéré aujourd’hui en Amérique comme un véritable prophète de notre temps.

Dans son cycle romanesque de Port William, largement inspiré de ce Port Royal où il habite depuis un demi-siècle, Wendell Berry fait exister tout un monde qu’il connaît bien et qui reste attaché à un mode de vie largement communautaire.

Berry a lui-même beaucoup œuvré pour maintenir et, si possible, recréer de telles communautés à taille humaine, fondées sur un sens de la solidarité qui tend à disparaître dans le monde globalisé qui est le nôtre, esclave d’intérêts financiers et de technologies asservissantes.