• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Gérard PFISTER

Naissance de l’invisible

Dialogues

Présentation par Roger Munier

Collection Les Cahiers d'Arfuyen
n°110, ISBN 2-908-82555-4

12,96 €

« Plus qu’aucune autre, écrit Roger Munier dans sa préface, l’œuvre déjà riche du poète qui dit en ces pages la lente et difficile naissance de l’invisible s’enracine dans l’expérience vécue. Sa voix parle à quiconque. Elle t’accompagnera dans ta quête au long des jours. Écoute. » 

Gérard Pfister, qui a fondé et dirige depuis 1975 les Éditions Arfuyen, a publié depuis vingt ans une douzaine d’ouvrages, poèmes et proses. Le texte ici présenté s’inscrit en une telle continuité avec le travail d’édition (en particulier, Angelus Silesius, Jean de Ferrières) et de traduction (Jessica Powers, Henri Suso ou, tout dernièrement, Jakob Böhme) réalisé pour les Éditions Arfuyen a semblé préférable de ne pas l’en séparer.

Sous des formes diverses, ils participent d’une démarche unique et s’éclairent mutuellement. À la manière du chœur antique ou des polyphonies de la Renaissance, l’ouvrage est constitué d’un échange entre plusieurs voix, jamais nommées, mouvantes, contradictoires – les voix même de la vie intérieure, se répondant, se prolongeant, se faisant écho.

Un court texte liminaire introduit à ce cheminement : « Deux voix. Deux voix parlent dans la nuit. Se parlent. Se disent. Disent leur nuit. La lumière de leur parole dans la nuit. Sans que l’on sache jamais laquelle a commencé, laquelle continue. Laquelle est question, laquelle est réponse. Laquelle jaillit, laquelle éclaire. Deux voix perdues parmi les mots. envahies par les mots. Et l’on ne sait dans les mots ce qu’elles fuient, ce qu’elles cherchent. (....) Deux voix se nouent, se déchirent. Et quel est cela dans leur échange, dans leur souffrance, qui n’est l’une ni l’autre, et de l’une et de l’autre prend sa naissance. »

La « naissance de l’invisible », c’est la naissance parmi nos mots de cette Parole, la naissance parmi les choses de ce Réel, la naissance en notre mort de cette Vie.