• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Catherine CHALIER

Les Lettres de la création

L’alphabet hébraïque

Collection Carnets Spirituels n°51, ISBN 2845900937

16 €
Acheter

 Les Lettres de la Création est le premier ouvrage des Carnets spirituels qui soit consacré au judaïsme. Pourtant le lien entre le monde judaïque et les éditions Arfuyen est ancien et profond, que ce soit à travers des écrivains comme Claude Vigée, Henri Meschonnic, Alain Suied, Nathan Katz – et, tout récemment, dans la collection Neige, Rachel – ou de grandes figures spirituelles comme Edith Stein ou notre cousine Etty Hillesum.. 
 Dans l’oeuvre considérable qui est déjà celle de Catherine Chalier, le présent ouvrage se présente comme un livre de vulgarisation et d’approfondissement : un essai facile à lire, à la fois brillant et stimulant, qui ouvre des voies de réflexion passionnantes pour la connaissance du judaïsme comme du christianisme, et donc, sans doute, un petit livre de chevet.
 Inspirée par le fonds spirituel du Talmud, du Zohar et des diverses traditions du judaïsme, la méditation ici proposée fait redécouvrir le trésor inépuisable que représente le symbolisme des lettres hébraïques et montre comment sa compréhension intérieure constitue un chemin privilégié pour déchiffrer l’énigme de nos vies.
 Les historiens de l’écriture estiment que l’alphabet hébraïque dérive de l’écriture araméenne elle-même issue d’une ancienne écriture cananéenne. L’objet de l’essai présenté n’est pas de raconter cette histoire, mais, suivant une très ancienne tradition du judaïsme sur l’acte créateur, de faire comprendre le rôle des lettres dans l’acte même de la Création – entièrement tributaire de la parole – et donc dans la signification de notre monde. 
 Les vingt-deux lettres de l’alphabet hébraïque, douées chacune d’une valeur numérique, constituent, selon le Sefer Yetsira, les éléments fondamentaux de tout ce qui est créé. Le livre du Zohar, quant à lui, estime que les lettres préexistaient à la création du monde : Dieu jouait avec elles et les contemplait. Le texte du Zohar imagine alors un récit subtil et profond dans lequel chaque lettre se présente à Dieu en vue d’avoir le privilège d’être celle avec laquelle Il commencera sa Création.
La tradition hassidique, dans le Sefer Tanya, ajoute que les lettres ont été confiées aux hommes et maintiennent chaque existant à l’être : si elles venaient à remonter à la source d’où elles proviennent, le monde tout entier disparaîtrait.