Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Dorothée Quoniam, dite
 MARIE-AIMÉE DE JÉSUS

Les Douze Degrés du silence

et autres opuscules spirituels

Préface d’Édith Stein

Collection Les Carnets spirituels
n°39, ISBN 2845900678

16 €

Comment aborder les écrits de Marie-Aimée de Jésus, sachant que les textes que Edith Stein place le plus haut n’ont jamais été publiés autrement que dans de minuscules plaquettes pour l’usage du Carmel  ? Le présent petit livre permet tout à la fois de découvrir une grande figure du Carmel et des textes d’une exceptionnelle qualité spirituelle.

Écoutons encore Édith Stein nous parler de Marie-Aimée : « Une sœur la vit une fois pendant le temps du silence de midi se tenant debout dans sa cellule, la porte ouverte, et semblant écouter avec attention. Elle lui demanda plus tard ce qu’elle faisait ainsi. Dorothée répondit qu’elle avait écouté le silence. Elle mit par écrit pour cette sœur ce que le silence lui avait révélé. C’est ainsi qu’un petit écrit d’une admirable profondeur sur les Douze Degrés du silence vit le jour. » 

Nous avons eu la chance de retrouver le texte de ces Douze degrés du silence, qui constituent la première partie du présent ouvrage. Citons-en un court passage qui concerne le Onzième Degré : Silence avec soi-même. « Ne pas se parler intérieurement, ne pas s’écouter, ne pas se plaindre, ni se consoler. En un mot, se taire avec soi-même, s’oublier soi-même, se laisser seule, toute seule avec Dieu ; se fuir, se séparer de soi-même. Voilà le silence le plus difficile, et néanmoins essentiel pour s’unir à Dieu aussi parfaitement que le peut une pauvre créature, qui, avec la grâce, parvient souvent jusque-là, mais s’arrête à ce degré, ne le comprenant pas, et le pratiquant moins encore. C’est le silence du néant. Il est plus héroïque que le silence de la mort. » 

Suivent trois autres textes : « À l’école de l’Amour », « La Vierge féconde », « Sur l’union divine et la transformation de l’âme en Dieu » (d’après la Montée du Carmel de saint Jean de la Croix), enfin un très émouvant poème, « la Vie cachée en Dieu ».