• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Margherita GUIDACCI

Le Retable d’Issenheim

L’altare di Isenheim

Poèmes choisis et traduits de l’italien
par Gérard Pfister
Bilingue italien-français.

Collection Les Cahiers d'Arfuyen
n° 28, ISBN 2903941259

7,62 €

« Le polyptique de Grünewald me fit une impression si forte qu’il me semblait ne pouvoir en soutenir la vue (...) Il avait ébranlé e moi quelque chose que je devais rééquilibrer. » (Margherita Guidacci).

Dans sa rencontre avec les cauchemars du peintre rhénan, la méditation fiévreuse de Margherita Guidacci sur la souffrance et sur la mort atteint à sa lus haute intensité. 

« Et comme lui nous tendons / vers le ciel notre regard, y cherchant / de tous côtés une réponse / si difficile à lire. »

Douze regards sur le chef d’oeuvre de Mathias Grünewald conservé au Musée Unterlinden de Colmar, réalisé entre 1512 et 1516 pour l’Ordre hospitalier des Antonins à la demande de leur supérieur d’Issenheim, Guido Guersi.

Sans doute suspect de sympathies luthériennes ou de participation à la « guerre des paysans », Grünewald, chassé de la cour des évêques de Mayence en 1526, mènera une vie pauvre et errante et mourra de la peste deux ans plus tard.