Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Johannes ECKHART

Le Grain de sénevé

suivi du Commentaire latin sur le Grain de sénevé

Traduit du moyen haut-allemand et du latin et présenté par Alain de Libera

Collection Carnets Spirituels n°22, ISBN 2845900341

13,5 €
Acheter

  « Granum sinapis  : le grain de sénevé. Sous ce titre, emprunté à une homélie de saint Jean Chrysostome, se cache un des sommets de la poésie du moyen âge. Ce petit poème spirituel est un Lied allemand dans tous les sens du terme, un chant dont la mélodie – une antique séquence d’Adam de Saint-Victor – est connue, mais qui, dans l’âpreté de sa langue et la violence de ses allitérations, engendre sa propre musique. » 
 C’est en ces termes qu’Alain de Libera, spécialiste incontesté de l’œuvre de Maître Eckhart, présente ce singulier poème.
 Ce poème est un trésor aujourd’hui reconnu. Beaucoup moins connu, étrangement, reste le Commentaire sur le Grain de sénevé qui accompagne ce poème et en explique le sens strophe par strophe, ligne par ligne, à la manière dont Jean de la Croix commente lui-même son Cantique spirituel.
 Or ce texte constitue un extraordinaire résumé de la pensée de Maître Eckhart, d’une parfaite clarté et d’une grande originalité. Citons ici encore Alain de Libera : « L’inspiration de Scot Erigène semble bien être le fin mot du Commentaire, qui dépasse les trois voies de la théologie dionysienne (négation, éminence, causalité) dans l’étroit sentier d’une nature surplombant à la fois l’être et le néant. Mais n’est-ce pas finalement aussi l’ultime chemin d’Eckhart ? (…) Le Commentaire sur le Grain de sénevé nous livrerait ainsi une des perspectives les plus obstinément niées par la critique moderne sur la véritable intention de Maître Eckhart. »
 Afin de rendre plus aisée la lecture du Commentaire, on a placé ici en tête de chacune des strophes commentées le court résumé qui est fourni dans l’original en tête de l’ensemble.
 Pour la même raison, on a fait précéder chacune des explications données par le Commentateur de la traduction française des vers concernés. Cette nouvelle présentation met ainsi pleinement en valeur ce précieux document que constitue le Commentaire, qui n’a jamais été publié en français par aucun autre éditeur qu’Arfuyen.