• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Gérard BOCHOLIER

La Venue

Collection Les Cahiers d'Arfuyen
n°164, ISBN 2-845-90092-9

13 €

Ce nouveau livre de Gérard Bocholier fait entendre une voix très nouvelle, nue et grave. Construit en cinq mouvements, il s’ouvre par une invocation dont le ton pressant résonnera ensuite dans l’ensemble du recueil : « Ô vieux silence / Comme tu trembles // Tes mains serrant / Leur poids d’argile // Leur poids de sang / Terre invisible //Où toute nuit / Se pétrifie ». 

Pas d’emphase, mais une musique étouffée, une angoisse latente qui tiennent en haleine de poème en poème comme si un secret allait se dire. Toujours le rythme reste bref, allusif : « Flambée de vent / Aux terrasses / Tous les morts regardent // Risque de l’impossible / D’un affolement bleu // Le cristal d’un oiseau / Ébruite la victoire ».

Comme quelques pages plus loin cette belle variation sur le nom de l’Amour, comme chez Jacopone da Todi mais avec une magnifique retenue : « Caché / Au plus brillant / Amour / Ton œil de source ». 

Dans le dernier mouvement une sérénité se fait jour : « Juste ce qu’il faut d’ombre / Pour heurter cette porte // Juste assez de défaite / Pour traverser ce seuil // Dans le cœur desserré / Le silence et rien d’autre » pour se résoudre dans cette dernière apparition qui clôt le recueil : « Les vents sur le parvis / Leurs couronnes défaites // Le voile est si ténu / Que des fleurs apparaissent // Flammes aux mains des morts / Gages de la promesse ».