Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

La Splendeur du Soi

Sorupa Saram

Traduit et présenté par Anasuya
d’après l’édition du texte tamoul par David Godman

Collection Les Carnets spirituels
n°64, ISBN 9782845901223

14 €

La Splendeur du Soi (en tamoul : Sorupa Saram, texte également connu sous son titre sanskrit : Swarupam Saram) est un texte du Vedanta, l’école mystique de l’hindouisme fondée par Shankara et caractérisée par son non-dualisme radical, d’où le terme Advaïta Vedanta. Il a été composé en langue tamoule par Sorupananda, guru et saint éminent qui vécut vers la fin du XVI° siècle.

Maître de Annamalai Swami et de Henri Le Saux, le grand sage Ramana Maharshi (1879-1950) tenait l’unique livre de Sorupananada, La Splendeur du Soi, en très haute estime. Lorsqu’il donna à Annamalai Swami une liste de six livres à lire, il y inclut ce texte. On ne saurait imaginer meilleure recommandation que celle-là pour s’initier ainsi à cette spiritualité incandescente dont le bénédictin Henri Le Saux fit la nourriture de toute sa vie de « sannyasi chrétien ». 

Le texte du présent volume a été établi par David Godman, auteur de nombreux travaux sur Ramana Maharshi et sur l’Advaïta Vedanta. David Godman, qui vit à Arunachala, a recueilli les témoignages d’autres grands saints et rassemblé de nombreux textes et documents associés à cette montagne près de laquelle a vécu Ramana Maharshi.

La traduction littérale du titre tamoul original du présent texte Sorupa Saram serait : « L’essence de sa propre vraie nature ». La nature du Soi étant de « resplendir » (chap. 9), on a choisi de traduire ce texte sous le titre La Splendeur du Soi.

En tête du texte figure cette invocation qui en résume bien l’esprit et le propos : « Puisse le Soi unique, qui apparaît en tant qu’objets différents de la même manière que l’or prend la forme du moule dans lequel il est coulé, être notre guide et soutien dans la composition de ce texte, La Splendeur du Soi, qui proclame que la nature du monde n’est que conscience. » 

Le texte de Sorupananda se présente comme une succession de versets. Les questions, réponses et commentaires qui les enchâssent ont été probablement ajoutés ultérieurement par un commentateur anonyme, mais ils sont si merveilleusement associés au texte qu’ils en sont aujourd’hui unanimement considérés comme partie intégrante.