• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

 ANNAMALAI SWAMI

La Corde et le Serpent

Derniers entretiens

Traduit de l’anglais et présenté par Anasuya

Collection Les Carnets spirituels
n°49, ISBN 2-845-90088-0

19,5 €

C’est David Godman, spécialiste mondialement reconnu de l’hindouisme, qui a recueilli auprès d’Annamalai Swami ces « Last Talks » qui constituent le témoignage unique de celui qui fut l’un des plus proches disciples de Ramana Maharshi. 

Annamalai rencontra le maître Ramana en 1928 et passa les dix années suivantes à le servir. En 1938, Ramana demande à Annamalai de ne plus travailler dans l’ashram et de se consacrer désormais à la méditation dans la solitude de Palakottu. Après la mort de Ramana, en 1950, il continue d’y vivre et d’y méditer de longues années. Cette méditation constante le conduit à une présence permanente au Soi.

Dans les années 80 de nombreux disciples, notamment étrangers, commencent à lui rendre visite. Ils sont frappés par la manière élégante et incisive avec laquelle Annamalai transmet les enseignements légués par son maître. Malheureusement, il ne subsiste que peu de traces de l’enseignement dispensé dans ces années-là.

En 1995, année de la mort d’Annamalai, les séances qui eurent lieu entre mars et octobre furent enregistrées. Le présent petit livre est la transcription de ce qui devait être les six derniers mois de sa vie d’enseignant.

Le titre la Corde et le Serpent est emprunté à une belle analogie à laquelle Annamalai aime à recourir pour faire comprendre l’essentiel de sa doctrine : « Lorsque vous voyez la corde – c’est-à-dire le substrat sur lequel votre fausse idée de serpent a été superposée –, l’idée que celui-ci existe réellement s’évanouit instantanément. Ce n’est pas un vrai serpent qui a disparu, mais seulement une idée erronée. Le substrat sur lequel la fausse idée du mental a été superposée, c’est le Soi. Lorsque vous voyez le mental, vous ne voyez pas le Soi – le substrat sous-jacent –, qui est caché par une idée trompeuse mais tenace. Et inversement, lorsque le Soi est vu, il n’y a pas de mental. »