Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Alain SUIED

L’Éveillée

suivi de Le Nom de Jacob et L’Inadvertance

Collection Les Cahiers d'Arfuyen
n°147, ISBN 2-845-90043-0

13,5 €

L’Éveillée s’inscrit à la croisée des recherches qui ont inspiré Ce qui écoute en nous (Arfuyen, 1993) et L’Ouvert, l’Imprononçable (Arfuyen, 1998) : d’une part, l’expérience la plus intime, d’autre part, l’interrogation sur les origines, les deux se renvoyant ici sans cesse l’une à l’autre par un jeu de correspondances qui dépasse la sphère du conscient.

Le texte liminaire, qui donne son nom au recueil, a fait l’objet d’une édition hors commerce préparée par François Xavier Jaujard (Paris, 1992). « L’Éveillée » est suivi de deux autres textes : « Le Nom de Jacob » et « L’inadvertance », qui prolongent la quête des origines spirituelles et familiales jusque dans les profondeurs du passé et de l’inconscient.

« “Elle était plus éveillée / que nous tous ”, a murmuré / le dernier médecin / à ton chevet. / Et nous avons ouvert les yeux / pour une nouvelle naissance. » C’est par un arrachement que commence le retour à l’origine : la mort de la mère est un ébranlement affectif et une remise en cause de tout l’être. L’identité soudain vacille. Rien n’est plus donné, car la mère n’est plus là pour donner tout.

Magnifique poème de tendresse et de désarroi ouvrant sur une nouvelle naissance : « Ma mère, ma petite enfant ! (…) Dis-nous que la souffrance / n’est pas une défaite / mais le dernier seuil de l’amour. / Souffle sur nos yeux / la poussière magique / de l’oubli »

Et voici ce qui est entendu dans les poèmes « à la lumière des larmes » qui introduisent « Le Nom de Jacob »  : « Soudain tu vois que tes mains / saignent et tu sais / que l’ange t’a lancé un défi. »  

Long chemin de peine et de gratitude à contre-courant de l’oubli qui nous conduit d’habitude, jusqu’à cette constatation finale, pleine d’une lucide mélancolie : « Cela revient. De génération en génération / cela traverse. De trahison en trahison / cela revient. // La chair se souvient / mais le souvenir n’a pas de chair. »