• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Ishikawa TAKUBOKU

L’Amour de moi

Ware o aisuru uta

Traduit du japonais
par Tomoko Takahashi et Thierry Trubert-Ouvrard
avec la collaboration d’Alain Gouvret
Préface d’Alain Gouvret
Bilingue japonais-français

Collection Neige
n°4, ISBN 284590018X

14 €

Takuboku, que l’on pourrait désigner comme le Rimbaud japonais, est très aimé dans son pays pour la simplicité poignante de son écriture mais aussi pour sa figure de jeune prodige et d’éternel révolté.

Personnage atypique, irréductible, il est par excellence le poète maudit et le grand rebelle d’une culture où le conformisme social a toujours fait peser sur les individus une chape de plomb. La maladie et la misère l’emporteront à l’âge de 26 ans. 

L’œuvre complète de Takuboku est constituée de tankas et poèmes, de récits et nouvelles, d’essais critiques et d’un journal. 

La suite de textes ici présentée est extraite de Ichiaku no suna (Une poignée de sable) dont elle constitue, sous le titre Wasuregataki hitobito (Ceux que l’on oublie difficilement) la quatrième partie.

Une traduction de la deuxième partie de ce livre, Kemuri (Fumées), a été publiée par les Éditions Arfuyen en 1989.