• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Rainer Maria RILKE

L’Amour de Madeleine

Die Liebe der Magdalena

Traduit de l’allemand par Rainer Maria Rilke
Bilingue français-allemand

Collection Les Carnets spirituels
n° 90, 134 pages, ISBN 978-2-845-90216-9

12 €

La quête spirituelle est au cœur de l’œuvre de Rilke. On sait l’influence qu’exerceront sur lui le romantisme allemand, mais aussi de grands questionneurs de l’homme comme Nietzsche ou Freud. Rilke affirmera son admiration pour l’Islam, allant jusqu’à apprendre la langue arabe. Mais surtout, il effectue en 1899 et 1900 deux longs voyages en Russie où, à travers la liturgie et la mystique orthodoxes, il redécouvre la tradition chrétienne : c’est elle qui sera à la source de nombre de ses recueils de poèmes, depuis son premier grand livre, Das Stunden-Buch (Le Livre d’heures, 1905) jusqu’à La Vie de Marie (1912) en passant par le moment essentiel de la traduction du présent sermon.

Les circonstances en sont étonnantes. Après la publication des Cahiers de Malte Laurids Brigge (1910), Rilke séjourne en Afrique du Nord puis en Égypte. Lors de son retour à Paris, son fiacre est arrêté longuement rue du Bac, devant une librairie : c’est là qu’il fait la découverte d’une plaquette : L’Amour de Madeleine, « sermon anonyme français retrouvé par l’abbé Joseph Bonnet à la Bibliothèque Impériale de Saint-Petersbourg ». Rilke est bouleversé : « Découvert à temps, ce sermon français, écrit-il, m’eût épargné les Cahiers de Malte. Car ce texte court tellement dans la direction qui fut donnée au cœur de Malte en allant jusqu’au bout et dépassant de loin le pauvre "Brigge"  ». Dans l’enthousiasme il traduit sa trouvaille : « Ce texte, écrit-il à son éditeur allemand, devrait avoir la possibilité d’arriver en de nombreuses mains. » Il sera régulièrement réédité dans sa traduction allemande alors même qu’en France sa trace se perdait à nouveau.

La présente édition donne face à face le sermon de l’auteur anonyme de L’Amour de Madeleine et la traduction de Rilke. Elle est suivie d’une étude de Jean-Yves Masson sur Rilke et le discours mystique, qui montre l’importance essentielle de L’Amour de Madeleine pour comprendre la pensée et la sensibilité de Rilke.

Pour mémoire, les Éditions Arfuyen ont publié cinq ouvrages consacrés à Rilke, visant tous à montrer la place centrale qu’occupe dans cette œuvre le long et difficile dialogue entre poésie et spiritualité : La Vie de Marie (1912), traduit et présenté par Claire Lucques ; Le Vent du retour, textes choisis, traduits et présentés par Claude Vigée ; Le Livre de l’Amour et de la Pauvreté (1899), traduit par Jacques Legrand (rappelons que la « traduction » d’Arthur Adamov n’en est qu’une très libre et très partielle adaptation) ; « Donnez-nous des maîtres qui célèbrent l’Ici-bas », présenté par Stéphane Lambert, sur sa relation avec Verhaeren, textes incluant la capitale et trop peu connue Lettre du jeune travailleur ; L’Amour de Madeleine /Die Liebe der Magdalena, traduction d’un sermon anonyme français du XVIIe siècle.