• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Barthélémy BAUDRAND

L’Âme seule avec Dieu seul

Trentre-une méditations spirituelles

Collection Les Carnets spirituels
n°3, ISBN 2-908-82592-9

12,2 €

Ce livre est le troisième de la collection Les Carnets Spirituels. Après ces deux très grands écrivains spirituels du XVII° que sont Saint-Cyran et Bossuet, il s’agit ici de la découverte d’un auteur totalement oublié.

Laissons parler l’abbé Baudrand : « C’est auprès de vous, ô mon Dieu ! que je viens chercher le repos et la paix de mon âme ; je m’éloigne de l’agitation et du tumulte du monde, pour venir vous trouver et m’entretenir, avec vous dans la solitude où vous êtes si souvent sans adorateurs dans vos temples. Hélas ! est-ce un si grand sacrifice de s’éloigner du monde, et même de le quitter entièrement, quand on le peut ? Que trouve-t-on dans le monde, surtout tel qu’il est à présent ? Que trouve-t-on bien souvent, que de faux amis, des parents indifférents, des hommes avides, intéressés, qui ne pensent qu’à eux-mêmes, et sont tout occupés des choses fragiles et périssables ? » 

Ainsi commence la première méditation de L’Âme seule avec Dieu seul, inspirée d’un verset du Psaume 54 : Je me suis éloigné et je suis resté dans la solitude.

Trente autres méditations suivent, consacrées elles aussi à des versets de l’Ecriture. Chacune de ces trente et une méditations correspond à un jour du mois. La première a pour titre : « Les précieux avantages de la solitude ». La trente et unième s’intitule : « L’abandon total entre les mains de Dieu ». 

Le ton de ces méditations, qui interpelle sans cesse le lecteur au plus intime de lui-même, est marqué par une ferveur qui fait penser à Pascal ou à Bérulle : une lucidité brûlante, une exigence absolue, une merveilleuse intensité.

Ce ton est servi par le style d’un véritable écrivain, en une époque (la fin XVIII° siècle) où ils sont en France assez rares, particulièrement dans le domaine spirituel.