• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Pierre DHAINAUT

Introduction au large

Image de couverture de Alfred Manessier

Collection Cahiers d'Arfuyen
n°130, ISBN 290882597X

9,91 €

« Quelqu’un qui s’interroge, quelqu’un qui essaie de s’ouvrir, d’accueillir. Et qui pour cela n’a rien trouvé de mieux que d’écrire des textes que l’on appelle poèmes. » Ainsi se définissait Pierre Dhainaut dans un entretien avec Dominique Sampiero à l’occasion de la sortie de Fragments et louanges (Arfuyen, 1993).

L’anthologie personnelle publiée en 1996 par le Mercure de France sous le titre Dans la lumière inachevée, ainsi que le volume d’entretiens, À travers les commencements, paru en 1999 aux éditions Paroles d’aube, ont confirmé l’ampleur d’un travail aujourd’hui encore méconnu qui fait de Pierre Dhainaut l’un des poètes les plus justes de ce temps.

Le nouveau recueil de Dhainaut, homme du Nord, s’inscrit dans le même paysage de grèves et d’embruns qui est celui de l’ensemble de son œuvre. Venant en contrepoint d’un sentiment de plus en plus fort de la précarité de toute vie, la présence de figures enfantines y introduit une dimension d’innocence et de bonheur qui s’accorde bien au tempérament contemplatif du poète, marqué par la spiritualité du bouddhisme zen.

Cette « Introduction au large » à laquelle nous invite le titre, les enfants autant que les souffles marins en sont les intercesseurs. Dans ce recueil trois parties : « À la nuit parturiente », « Voix au-devant des voix », « Lectures de lumières », cette dernière partie délaissant le poème proprement dit pour la forme plus libre du fragment qu’affectionne tout particulièrement Dhainaut. 

 « Ce monde tel que la politique le gangrène, déclarait-il dans le même entretien, le poème a mieux à faire qu’à le décrire ou le condamner : il se situe ailleurs, et c’est pourquoi il est subversif, ou du moins irrécupérable par ceux qui n’ont pour but que la puissance. En retrouvant les mots de la mémoire commune, il nous éprouve dans notre nudité tremblante, il partage la douleur comme l’amour. »