Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Bo CARPELAN

Dehors

suivi de Credo de novembre

PRIX EUROPÉEN DE LITTÉRATURE 2007

Traduit du suédois et présenté par Pierre Grouix
Édition bilingue suédois-français

Collection Neige
n°18, ISBN 9782845901025

18 €

Bo Carpelan a été distingué par le Prix Européen de Littérature qui a été proclamé à Strasbourg en novembre 2006 et qui lui a été remis dans le cadre des 2es Rencontres Européennes de Littérature en mars 2007. Ce Prix rend hommage à l’ensemble de son œuvre : de romancier, de poète, de critique et de traducteur. 

Écrivain finlandais de langue suédoise, Carpelan est l’une des figures dominantes de la littérature nordique contemporaine : il a obtenu en 1977 le Grand Prix Littéraire du Conseil nordique. Et c’est pour son plus récent roman, Berg (2005) que Carpelan a remporté pour la deuxième fois – ce qui n’était encore jamais arrivé – le Prix Finlandia. 

« La poésie que je préfère, écrivait Bo Carpelan en 1989, est celle où la montagne redevient montagne, où l’eau est de nouveau de l’eau, où les arbres sont de nouveau des arbres. (...) Une poésie individuelle et donc universelle, apparemment simple mais forte des bonheurs et des échecs de toute une vie. » Les poèmes de Carpelan sont des paysages : frappants de netteté et de rugosité. Rien d’abstrait ni de vague. Et pourtant une impression d’étrangeté nous étreint, presque angoissante.

Pareillement, il suffit de lire les premières lignes de son chef-d’œuvre romanesque, Axel (Gallimard, 1986, 500 p.) pour être saisi par une ambiance qu’on ne saurait mieux définir que par référence aux films de Bergmann. Simplicité, économie extrême de moyens. Et un sentiment de mystère qui plane avec une discrète insistance... « La langue du poème ‘‘magique’’ est toute concrète, basée sur l’expérience, sombre comme l’eau froide, claire comme l’arche infinie face à nous. Elle est aussi pratique : elle entend nous libérer. (…) Cette magie de tous les jours, les indiens Navajos l’appellent ‘‘rester au centre de l’univers’’. »