Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Consens à n’être rien

Carnets 1936-1942

Choix de textes établi par Gérard Pfister
en collaboration avec Christiane Sanson
Préface de Christiane Sanson
Avant-propos de Gérard Pfister

Collection Carnets Spirituels
n°14, ISBN 2845900163

15 €

Le Petit Livre des Grâces, paru en mai 2002, a révélé dans les écrits de Marie de la Trinité un témoignage spirituel de toute première grandeur pour notre époque qui, d’emblée, a frappé les lecteurs. Rien d’étonnant à cela si l’on se rappelle la parole prémonitoire reçue Marie de la Trinité aux jours sombres de la deuxième guerre mondiale : « Je t’ai choisie pour remédier aux grands désordres » (10.09.1942).

Cette « époque des grands désordres », nous y sommes toujours. Plus que jamais nous avons besoin d’un message qui aille droit à l’essentiel et nous rappelle avec la plus grande exigence, la plus forte espérance, notre destin spirituel. 

Urs von Balthasar, qui consacra les derniers mois de sa vie à traduire en allemand les textes de Marie de la Trinité ne s’y était pas trompé : « Je suis de plus en plus persuadé, écrivait-il le 12 juin 1988, de l’importance capitale du message de Marie de la Trinité. »
 Durant les dernières années de sa vie, Marie de la Trinité mène une existence d’ermite à la « cambuse », près de l’ancienne abbaye dominicaine de Flavigny : elle reprend alors les carnets rédigés durant la guerre à la demande du Père Antonin Motte, provincial de la Province dominicaine de France.

Les dominicaines missionnaires des campagnes avaient alors noué connaissance, par les hasards de l’Exode, avec le Père Motte. Lorsque le P. Motte passe à Flavigny, fin 1940, il accepte de devenir le guide spirituel de Marie de la Trinité et lui conseille de noter dans des carnets ses expériences quotidiennes.

Son souci d’objectivité va de pair avec un choix sans cesse affirmé de simplicité et de liberté spirituelles : « Que je me tienne, note-t-elle, dans l’indépendance de toute spiritualité et de toute école – nue et vide en moi-même. Cultiver surtout la pureté, simplicité, candeur d’âme et limpidité de l’esprit – et l’humilité. »

En nos temps où le culte de la performance fait rage, une telle vie peut ressembler au pire échec. Tout son message est précisément de témoigner qu’il n’en est rien. « Une seule chose est nécessaire », nous redit Marie de la Trinité : l’amour du Père. « Ton utilité est dans l’invisible » (juin 1942) ; « Quitte toute sollicitude / Renonce à toute fin particulière / Je te veux tout à fait libre / Je pourvoirai Moi-même à tout » (février 1942) .

Les textes ici présentés sont un choix des Carnets 1936-1942 de Marie de la Trinité. Un choix des Carnets 1942-1946 paraîtra en 2003 sous le titre « Entre dans ma Gloire ».