Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Chants de pauvreté

Traduit de l’italien et présenté par Stefano et Irène Mangano Postface de Georges MouninBilingue italien-français

Collection Ivoire
n°4, ISBN 2908825384

14,48 €
Acheter

Plus qu’aucune autre, la spiritualité franciscaine semble tout naturellement s’exprimer par la louange, le chant, le poème.

En témoigne le fameux Cantique de frère Soleil où le « petit pauvre » d’Assise fait entendre l’hommage que la Création tout entière rend à son auteur. Ce texte, écrit non pas en latin mais en langue populaire, fait de saint François le premier grand poète de la langue italienne.

S’il ne nous reste de lui que bien peu de poèmes, son disciple Jacopone de Todi, né moins de 10 ans après sa mort, nous a légué avec ses 92 Laudes une extraordinaire somme de poésie, retrouvant tantôt, pour chanter la pauvreté, la douceur merveilleuse du Poverello, tantôt préfigurant, dans la déploration des iniquités de son temps, la virulence de Dante, son cadet de trente ans.

« Disons franchement, concluait Georges Mounin, que si Jacopone était de chez nous, nous lui ferions belle et bonne place, et sans chicane, au-dessus de Rutebeuf, à côté de Villon ; non sans ajouter, suivant Ozanam, qu’il a déjà l’accent de sainte Thérèse et de saint Jean de la Croix. »