• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Biographie Bibliographie Liens Revue de Presse Petite Anthologie

Jacques BRAULT

(1933)

 Né à Montréal en 1933, Jacques Brault est poète, romancier et essayiste. Son oeuvre de poète comprend de nombreux titres, parmi lesquels Poèmes des quatre côtés, Poèmes I (rétrospective 1965-1975) et Poèmes choisis (anthologie préparée par Yvon Rivard), tous aux Éditions du Noroît.
 Il a aussi fait paraître en 1996 au Noroît un recueil d’essais intitulé Au fond du jardin.
 Jacques Brault est l’auteur d’une édition critique des oeuvres de Saint-Denys Garneau (Presses de l’Université de Montréal, 1970) et d’une anthologie de poèmes de Jules Laforgue (Éditions de La Différence, 1993).
 Traduite en plusieurs langues, son oeuvre a reçu de nombreuses distinctions dont le prix Duvernay, le prix Alain-Grandbois, le prix Athanase-David, le prix du Gouverneur Général du Canada et le prix Gilles-Corbeil.

OUVRAGES PUBLIÉS AUX ÉDITIONS ARFUYEN

Au bras des ombres

PETITE ANTHOLOGIE

Au bras des ombres
(extraits)

Bucolique

Me voici néant tu m’attendais 
depuis avant ma naissance oui
je te reconnais à ta figure vide
nous ne dirons rien le vent nu
nous précède sur le chemin de campagne
nous n’irons pas loin le vent
finit toujours par tomber on l’oublie
et le silence n’est-ce pas est une violence
qui ne fait pas de bruit demain
n’existe plus mort on s’en lave les mains
voici la colline aux corneilles
et des ormes qui persistent et des champs
toute une douceur d’horizon à l’abri
de la bêtise mais le moment est venu
de se dissoudre dans la buée du soir
néant ferme-moi les yeux je te prie
et laisse-moi debout piquet de clôture
ici où ne passe personne ni le temps
et va sans crainte plus rien en ce monde
n’a de sens hormis à mes pieds
une touffe de fougère qui a besoin d’ombre
la mienne pour vivre pourquoi pas

*

C’est une pierre dans un champ
il y a de la mousse sur la pierre
il y a des avoines dans le champ
l’une d’un vert tendre et sage
les autres longues et folles
cela fait banal et désuet
tombale est la pierre
et le champ cimetière
cela se trouve perdu
dans un coin de campagne
les chiens rongent les nuits sans lune
la poussière se lève de bon matin
on dirait que le temps traîne
entre les collines toujours les mêmes
les avoines taquinent la mousse
et la pierre dans son champ
dort sans bouger on dirait
on ne dit rien plus jamais
on est si paisible sous la pierre