Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Jacques GOORMA

À

Hommages, adresses, dédicaces

SORTIE EN LIBRAIRIE LE 5 MAI 2017

Collection « Les Cahiers d'Arfuyen »
n° 231, 136 pages, ISBN 978-2-845-90253-4

14 €

Après Le Vol du loriot (2005) et Le Séjour (2009), ce nouveau livre est le troisième de Jacques Goorma que publient les Éditions Arfuyen.

Sous son apparence énigmatique, son titre résume ce que doit être un livre de poèmes : un remerciement et une offrande. Car ce À n’est autre que celui qui introduit un hommage, une adresse ou une dédicace.

Poèmes offerts donc « À l’hôtesse », « À la mort », « À l’invisible centre », « À l’épreuve », « Au désarroi », « Au ciel », « À la solitude », « À l’aimée », « À l’amour ». Et tant de présences imposantes dans chacune de nos vies. Mais aussi « À la chevelure, « Au doute », « Au sourire », « Au grain de sable », « À l’errance immobile ». Mais encore « À la mystérieuse espérance » : « quand il ne reste rien / et que brille entre tes mains / l’os de la lune »

Exécuteur testamentaire de Divine, la fille du poète-philosophe Saint-Pol-Roux (1861-1940), Jacques Goorma a consacré au « sage de Camaret », à celui qu’André Breton désignait comme « le seul authentique précurseur du mouvement dit moderne » de nombreux essais et travaux d’édition, chez Rougerie, Seghers et Poésie-Gallimard.

En marge de ses travaux de recherche et de son action au service des poètes, Jacques Goorma est surtout l’auteur d’une œuvre ambitieuse et juste, publiée chez de nombreux éditeurs. On se bornera à citer : Peau-pierre (Henry Fagne, 1975) ; Nue (Rougerie, 1987) ; Signes de vie (Lieux Dits, 1994) ; Lucide silence (Lieux-Dits, 2000) ; Parfois (Le Drapier, 2002).
.