• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Teresa de Cepeda y Ahumada, dite
 THÉRÈSE D’AVILA

Ainsi parlait Thérèse d’Avila

Dits et maximes de vie

ÉDITION BILINGUE
Textes choisis par Anne Pfister
et traduits du castillan par Bernard Sesé

Collection Ainsi parlait
n°1, 174 pages, ISBN 978-2-845-90209-1

13 €

Ainsi parlait / Así hablaba // THÉRÈSE D’AVILA : tel est le titre du nouveau volume de la collection lancée en ce début de leur 40e anniversaire par les Éditions Arfuyen. Thérèse d’Avila est née en 1515, il y a juste 500 ans. Pour célébrer cet anniversaire de la fondatrice du Carmel, bien des manifestations seront organisées dans tous les pays où le Carmel a essaimé.

Mais comment aborder l’ensemble impressionnant d’ouvrages qu’elle nous a laissés ? Parmi eux, il y a certes son autobiographie, La Vie, d’un style presque romanesque, mais d’autres textes sont plus difficiles et, malgré les merveilles qu’ils recèlent, beaucoup moins lus comme Le Chemin de perfection, Le Château intérieur, Les Exclamations ou Les Fondations. Et comment la relire au plus près de sa parole ? Car il est peu de personnes qui lisent les textes de Thérèse dans leur original en castillan et, malgré tous les efforts, les traductions ne sont jamais les fidèles transcriptions que l’on pense…

Les Éditions Arfuyen ont publié de nombreux livres consacrés à la spiritualité du Carmel – de Madame Acarie à Thérèse de Lisieux, de Jean de la Croix à Marie-Aimée de Jésus et Marie-Antoinette de Geuser. De Thérèse d’Avila, Arfuyen a donné en 1999 une traduction nouvelle des poèmes par Silvia Baron Supervielle, Cantiques du chemin. Mais comment faire découvrir au plus grand nombre, en ce 5e centenaire, l’extraordinaire personnalité de la Madre, si étonnante de simplicité et d’énergie ?

C’est en réfléchissant à cette question que s’est imposée à nous l’idée de cette nouvelle collection, Ainsi parlait, dont le volume consacré à Thérèse d’Avila constitue le numéro 1. Le présent ouvrage présente un choix de quelque 200 citations clefs de Thérèse en castillan et dans une traduction française nouvelle. Ces traductions, dues à Bernard Sesé, grand hispaniste et spécialiste du Carmel, ont pour objet de permettre au lecteur de bénéficier pleinement de l’original et de retrouver la voix de la Madre.