Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Philippe-Jacques SPENER

La Vie évangélique

Pia desideria

SORTIE EN LIBRAIRIE EN MAI 2017
Collection « Les Carnets spirituels »
n° 97, 184 pages, ISBN 978-2-845-90252-7

15 €

Spener (1635-1705) est beaucoup moins connu que Luther, dont la Réforme célèbre en 2017 son cinquième centenaire. En tant que fondateur du piétisme, il a pourtant fortement contribué à façonner le visage du protestantisme moderne.

Le mouvement piétiste a conduit à valoriser une religion personnelle, voire intimiste, en mettant l’accent sur la régénération du chrétien plus que sur l’autorité institutionnelle des ministères et en insistant sur la place essentielle des laïcs au sein des communautés.

Bien au-delà du domaine spirituel, l’influence du piétisme s’est fait sentir dans la pensée d’hommes tels que Kant, Goethe, Schiller, Hölderlin ou Novalis à travers l’insistance sur le vécu et sur le « je ».

L’accent mis par le piétisme sur la régénération et la vie nouvelle conduira le romantisme à valoriser la vie comme donnée fondamentale de toute réalité, thème encore repris près d’un siècle plus tard par Albert Schweitzer, ardent apôtre du « respect de la vie ».

Livre majeur de Spener, les Pia desideria ont ainsi eu un impact direct et indirect considérable.

Cet ouvrage, publié pour la première fois en traduction française par les éditions Arfuyen en 1990 dans les « Cahiers d’Arfuyen », est présenté ici sous le titre La Vie évangélique dans une version revue et corrigée.

Jacques GOORMA

À

Hommages, adresses, dédicaces

SORTIE EN LIBRAIRIE EN MAI 2017
Collection « Les Cahiers d'Arfuyen »
n° 231, 136 pages, ISBN 978-2-845-90253-4

14 €

Après Le Vol du loriot (2005) et Le Séjour (2009), ce nouveau livre est le troisième de Jacques Goorma que publient les Éditions Arfuyen.

Sous son apparence énigmatique, son titre résume ce que doit être un livre de poèmes : un remerciement et une offrande. Car ce À n’est autre que celui qui introduit un hommage, une adresse ou une dédicace.

Poèmes offerts donc « À l’hôtesse », « À la mort », « À l’invisible centre », « À l’épreuve », « Au désarroi », « Au ciel », « À la solitude », « À l’aimée », « À l’amour ». Et tant de présences imposantes dans chacune de nos vies. Mais aussi « À la chevelure, « Au doute », « Au sourire », « Au grain de sable », « À l’errance immobile ». Mais encore « À la mystérieuse espérance » : « quand il ne reste rien / et que brille entre tes mains / l’os de la lune »

Exécuteur testamentaire de Divine, la fille du poète-philosophe Saint-Pol-Roux (1861-1940), Jacques Goorma a consacré au « sage de Camaret », à celui qu’André Breton désignait comme « le seul authentique précurseur du mouvement dit moderne » de nombreux essais et travaux d’édition, chez Rougerie, Seghers et Poésie-Gallimard.

En marge de ses travaux de recherche et de son action au service des poètes, Jacques Goorma est surtout l’auteur d’une œuvre ambitieuse et juste, publiée chez de nombreux éditeurs. On se bornera à citer : Peau-pierre (Henry Fagne, 1975) ; Nue (Rougerie, 1987) ; Signes de vie (Lieux Dits, 1994) ; Lucide silence (Lieux-Dits, 2000) ; Parfois (Le Drapier, 2002).
.

 JULIENNE DE NORWICH

Les Révélations de l’Amour divin

Revelations of Divine Love
TEXTE COURT

SORTIE EN LIBRAIRIE EN AVRIL 2017
Collection « Les Carnets spirituels »
n° 96, 112 pages, ISBN 978-2-845-90249-7

12 €

« Première femme de lettres anglaise », considérée par le cistercien Thomas Merton comme « l’un des plus grands théologiens anglais », tenue pour une sainte pour l’Église anglicane, la recluse Julienne de Norwich (ca 1342-1416) est l’une des plus grandes mystiques d’Occident, contemporaine de la mystique rhéno-flamande. Elle est pourtant encore très peu connue dans notre langue.

Sa spiritualité est une exaltation de la toute-puissance de l’Amour, par-delà le péché et la mort. Elle est profondément joyeuse et étrangère à toutes les doctrines moralisantes et culpabilisantes trop souvent identifiées avec le christianisme.

Ce livre donne à lire une traduction nouvelle (la première depuis 1976) du texte court des Révélations de l’Amour divin, écrit juste après les visions reçues par Julienne. Les traductrices ont publié aux Éditions Arfuyen en 2013 des traductions de Walter Hilton (1340-1396), De l’union à Dieu au milieu du monde.

Le texte court des Revelations of Divine Love nous est parvenu dans un unique exemplaire conservé à la British Library. Probablement écrit par la jeune Julienne de Norwich peu de temps après sa maladie (et donc vers 1373), ce texte court rend compte avec force et simplicité des 16 révélations reçues tandis que le texte long, écrit et réécrit tout au long de sa vie, n’en est qu’une sage réélaboration.

Premier chef-d’œuvre de la littérature anglaise, ce texte court est étonnamment très peu connu en France. Publié pour la première fois en 1976 par les éditions du Parvis (Suisse) dans une traduction de Roland Maisonneuve, il est depuis très longtemps introuvable dans notre langue.

« Un des plus beaux livres qui soit », disait Bremond en parlant des Révélations. T. S. Eliot reprend dans ses Quatre Quatuors la parole reçue par Julienne : « Je veux faire que tout soit bien, je ferai que tout soit bien, Je peux faire que tout soit bien, et Je sais faire que tout soit bien. Et tu verras par toi-même que tout sera bien », révélation suivie de deux autres non moins réconfortantes : « Je te garde en pleine sécurité » et « Tu ne seras pas vaincue ».

La spiritualité de Julienne est la vision d’un amour plus puissant que tout : que le péché, que la faiblesse, que la mort. Profondément joyeuse donc et qui suffit à illuminer une existence que Julienne vécut tout entière recluse dans un mur de l’église de Norwich.